Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Labex MATISSE
MATériaux, InterfaceS, Surfaces, Environnement

"L'AAP favorise des recherches amont originales dans le domaine de l'Énergie et crée une véritable communauté au sein de l'Alliance SU"

Interview de Nadine Witkowski, de l'Institut des NanoSciences de Paris, porteuse de projet.

Elucidating interplay, stability and charge transfer dynamics at lead halide perovskite nanocrystal / 2D transition metal dichalcogenide interface for solar cell applications

 

AAP 2020 Projet doctoral
Axe thématique : Énergie, environnement et durabilité

Laboratoire

Entretien réalisé le 16 mai 2020

Votre projet est un des 4 lauréats pour les projets doctoraux de l'Institut. Dans quelle domaine de recherche s'inscrit-il ?

Le projet s'inscrit clairement dans la thématique Énergie, environnement et durabilité, un des deux axes de l'AAP 2020 de l'Institut de Science des Matériaux. Et plus précisément dans la recherche de performance pour de nouveaux types de cellules solaires à base de matériaux 2D.

Pourquoi développer une action de recherche dans cette direction ?

La France s'est engagée dans la loi de 2015 pour la croissance verte d'augmenter la part de sources d'énergie renouvelables de 23 % en 2020 et 32 % en 2050. Pour 2020, la France atteint à peine les 20 % ce qui justifie l'effort à fournir pour développer des nouvelles technologies qui puissent s'intégrer dans la ville.

Quel est l'origine de votre projet de recherche ?

Depuis quelques années, je collabore avec des ingénieurs de l'Université Sud Danemark (https://www.sdu.dk/en/om_sdu/institutter_centre/c_nanosyd/forskningsomrader/organic+solar+cells) qui cherchent à comprendre les facteurs limitant les performances de leurs cellules solaires organiques et hybrides, notamment aux interfaces entre les couches qui constituent les cellules solaires.

Dans le projet soutenu par l'Institut, j'imagine comment de nouveaux matériaux 2D vont pouvoir améliorer le transfert de charge entre les différentes couches dans des cellules solaires à base de nanocristaux de pérovskite. 

Quel est l'objectif visé aujourd'hui ?

Le but à atteindre est d'élucider les mécanismes qui favorisent ou empêchent le transfert de charge dans les interfaces entre matériaux 2D et nanocristaux de pérovskite afin de proposer des architectures de cellules solaires aux ingénieurs qui soient le plus performantes et plus stables dans le temps.

Imaginez-vous déjà des champs d'application éventuels ?

Le champ d'application pour ce type de cellule solaire est vaste et la perspective la plus intéressante sera de pouvoir disposer de films photovoltaiques de grande surface et de haute performance pouvant s'intégrer facilement sur tout type de façades  dans les villes grâce à leur légèreté, leur flexibilté et leur transparence.

Quel est la plus-value qu'apporte l'Institut à votre projet ?

L'AAP de l'Institut est l'opportunité de mener des recherches amont originales dans le domaine de l'Énergie, environnement et durabilité et de créer une véritable communauté autour de cette thématique au sein de l'Alliance Sorbonne Universités.

19/05/20

Traductions :

    L'Institut en chiffres

    • 5 disciplines : Chimie, Physique, Sciences de la Terre, Ingénierie, Patrimoine
    • 19 laboratoires
    • 7 projets de recherche
    • + 500 permanents

    Contact

    Direction

    Abhay Shukla

     

    Chargé de projet

    Emmanuel Sautjeau

    emmanuel.sautjeau @ sorbonne-universite.fr