Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

PartenairesSorbonne UniversitésUPMCCNRS
accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Labex MATISSE
MATériaux, InterfaceS, Surfaces, Environnement

Emmanuel Lhuillier, lauréat d'une subvention de l'ERC L'ERC Starting Grants vient de récompenser 406 jeunes chercheurs ambitieux en investissant 605 millions d'euros dans leurs projets de recherches prometteurs.

Carrière

Emmanuel Lhuillier, ingénieur ESPCI, a complété sa formation par un master en matière condensée. Il a effectué sa thèse de 2007 à 2010 sous la direction d’Emmanuel Rosencher au département d’optique de l’ONERA sur les propriétés de transport des hétérostructures à puits quantique utilisées comme détecteur infrarouge.

En 2010, il rejoint le groupe de Philippe Guyot-Sionnest à l’Université de Chicago : son travail porte alors sur les propriétés de photoconduction des nanocristaux infrarouge. Il revient ensuite à l’ESPCI au Laboratoire de Physique et d'Étude des Matériaux (LPEM) où il étudie les propriétés optoélectroniques des puits quantiques colloïdaux.

Depuis 2015, Emmanuel lhuillier est chargé de recherche CNRS à l’INSP. Sa thématique de recherche porte sur l’étude des propriétés optiques des semiconducteurs en présence de confinement quantique.

Emmanuel lhuillier est l’auteur de 45 publications et de 6 brevets.

Le projet récompensé

Le projet ERC starting blackQD est plus spécifiquement dédié à l’étude des nanocristaux colloïdaux à faible bande interdite et présentant des propriétés optiques dans le moyen et lointain infrarouge.

Le but est de contrôler l’ensemble de la filière de la synthèse chimique à l’intégration des matériaux dans des composants en vue de désigner une nouvelle génération de composant infrarouge à bas cout.

Le projet s’articule autour de trois axes :

  • La synthèse de nanocristaux infrarouges et en particulier des chalcogénures de mercure. L’enjeu côté matériau est de mieux contrôler leur dopage et leur chimie de surface pour éviter l’introduction d’états de piège.
  • L’étude de la structure électronique de ces matériaux : étude complexe car elle combine confinement quantique et structure de bande inversée. Cette direction du projet inclus également l’étude de la dynamique des porteurs et des propriétés de transport.
  • Le développement de nouvelles géométries de composants, principalement dédié à la photodétection infrarouge, qui intègre les spécificités des matériaux colloïdaux et de la gamme spectrale infrarouge.

Lien

Page personnelle de l'INSP

04/10/17

Traductions :