Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

PartenairesSorbonne UniversitésUPMCCNRS
accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Labex MATISSE
MATériaux, InterfaceS, Surfaces, Environnement

Sophie Carenco, lauréate d'une Starting Grant de l'ERCBâtir une « pince moléculaire » à la surface de nanoparticules

L'ERC Starting Grants vient de récompenser 406 jeunes chercheurs ambitieux en investissant 605 millions d'euros dans leurs projets de recherches prometteurs. Sophie Carenco est la deuxième Chargée de recherche distinguée en 2017 par le Conseil Européen de la Recherche.

Bio

Sophie Carenco, ingénieure de l’École Polytechnique et docteur de l’UPMC (2011), explore le domaine de la de la « Nanochimie », une science au carrefour de la chimie moléculaire et de la chimie des matériaux. Après un post-doctorat au Lawrence Berkeley National Lab en Californie, elle intègre en 2014 le CNRS en tant que Chargée de Recherche au Laboratoire de Chimie de la Matière Condensée de Paris (LCMCP). Elle représente la France dans le Réseau International des Jeunes Chimistes (International Younger Chemists Network), depuis sa création en juillet 2017.

Les travaux de recherche

Ses travaux de recherche portent sur la fabrication de nanoparticules métalliques, qu’elle obtient via des réactions chimiques dans des solvants organiques. Elle s’intéresse notamment à l’incorporation d’éléments chimiques légers (phosphore, soufre, carbone, etc.) dans les nanoparticules : ceux-ci leur confèrent des caractéristiques aussi inattendues qu’intéressantes, dans leur interaction avec la lumière (ajustement du band-gap), avec un courant électrique (électro-catalyse et stockage électrochimique de l’énergie) ou encore avec des gaz telles que le dioxyde de carbone, le dihydrogène ou les oxydes d’azote (catalyse).


© Laurent Ardhuin pour l'UPMC

Le projet ERC

Le projet ERC de Sophie Carenco porte sur ce dernier aspect : il s’agit de bâtir à la surface de nanoparticules une « pince moléculaire » capable, à 25 °C, de casser les liaisons chimiques carbone-oxygène, hydrogène-hydrogène, etc., puis d’en former de nouvelles pour produire d’autres molécules à plus forte valeur ajoutée. Ces pinces moléculaires seront dans un premier temps bien fragiles, mais elles offriront peut-être une nouvelle voie vers la transformation efficace et peu coûteuse de molécules abondantes dans des conditions aussi douces que celles que le monde vivant met en œuvre.

Site web

11/10/17

Traductions :